Les auteurs en herbe que vous êtes pourront faire découvrir leurs oeuvres, être corrigés, avoir des avis et partager avec d'autres écrivains. Tous les écrivains sont les bienvenus... alors à vos claviers !
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion
Bienvenue aux nouveaux membres. N'hésitez pas à vous présenter et à rejoindre la Chat box (tout en bas) pour discuter.

Partagez | 
 

 Textes en vrac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eric, ami de Merhia
Ouragan
Ouragan
avatar

Messages : 1268
Réputation : 17
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 18
Localisation : À mi-chemin entre le temple de Cthulhu et la bibliothèque de la Citadelle de Westeros

MessageSujet: Textes en vrac   Mar 27 Déc - 18:19

Bataille du dernier espoir

La jeune femme courait dans la plaine, ses cheveux volant dans son dos en longues mèches brunes. Elle tenait une dague d’argent dans sa dextre. Elle espérait ne pas être rattrapée. Elle savait que tel signifierait la fin de sa vie, ce qu’elle cherchait à éviter à tout prix. Si seulement elle pouvait en emporter plusieurs avec elle…
Des cris proches retentirent. Le futur ne lui semblait pas très réjouissant… Et pourtant, dans son désespoir, elle se sentait posséder une force nouvelle. Il lui fallait impérativement trouver un endroit où elle pourrait les affronter. Un endroit à son avantage, de préférence.
Un rapide coup d’œil sur ses arrières lui apprit qu’elle n’avait qu’une dizaine de secondes d’avance sur son premier poursuivant. Elle se sentait prise au piège. D’un fluide mouvement de sa senestre, elle lança un poignard qui se planta dans la gorge de l’homme.
« Plus que trois poignards… » soupira-t-elle mentalement.
Elle fit encore quelques mètres jusqu’à un léger creux dans le sol, où elle les attendit de pied ferme en reprenant son souffle.
Le premier ne tarda guère à arriver, il mourut d’un poignard en plein cœur. Celui qui suivait fut égorgé sans pitié par la jeune femme. Un flot de sang jaillit de la plaie, projetant quelques gouttes sur son visage. Elle les essuya d’un revers de sa main gauche.
Les deux opposants qui suivaient échangèrent plusieurs frappes avant qu’elle ne parvînt à percer leur défense. D’après ses calculs, ils étaient encore dix à arriver. Combien pourrait-elle encore en abattre ? Deux ? Cinq ? Tous, avec de la chance ? Mais ils ne seraient pas suffisamment stupides pour ne pas se regrouper avant de porter L’Assaut Final.
Deux poignards et une fidèle dague pour affronter dix hommes assoiffés de sang, et peut-être un mage. Voilà qui était bien trop faible.
Elle attrapa alors une pierre sur le sol, qu’elle destinait au premier qui arriverait à sa portée.
Après quelques secondes, ils apparurent dans son champ de vision. Ils étaient onze. Elle n’eut aucun problème à repérer le mage qu’elle craignait ; celui-ci se tenait en retrait et paraissait prêt à délivrer toute sa puissance.
— Que ta volonté soit faite… murmura-t-elle.
Et elle passa à l’attaque. Sa pierre rencontra la crâne d’un homme qui s’effondra sur le sol. Deux poignards suivirent, se dirigeant droit vers le mage, qui para les deux sans la moindre difficulté. Il riposta, projetant une sphère enflammée droit vers la tête de la jeune femme. Au dernier moment, elle interposa sa lame, bloquant l’attaque. Sa danse commença.
D’un geste fluide, elle trancha la gorge de l’un des hommes avant de planter sa dague dans le cœur d’un deuxième. Elle évita de justesse l’attaque d’un troisième, qu’elle décapita sans pitié.
Hélas, ils étaient trop nombreux pour elle. L’un des hommes la blessa à l’épaule droite, avant qu’un autre ne l’atteigne au mollet. Elle parvint à emporter deux autres individus dans la mort avant de s’effondrer au sol.
Le mage s’approcha d’elle, une hache en mains. Elle était prête à mourir. Mais il lui restait une dernière chose à faire. Elle se replia sur elle-même.
Alors que la hache s’abattait sur sa nuque, elle se redressa, et une explosion de magie tua d’un seul coup tous ses adversaires.
Et elle, couverte de sang, tomba enfin allongée sur le sol, morte.
Revenir en haut Aller en bas
Eric, ami de Merhia
Ouragan
Ouragan
avatar

Messages : 1268
Réputation : 17
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 18
Localisation : À mi-chemin entre le temple de Cthulhu et la bibliothèque de la Citadelle de Westeros

MessageSujet: Re: Textes en vrac   Jeu 2 Fév - 10:43

L'arène


Le regard que me jetèrent les deux colosses qui me faisaient face me glaça le sang. Je n’avais pas d’armes pour les affronter, rien que mes poings et mes pieds. Et tous deux dépassaient aisément les sept pieds. Mes cinq pieds trois pouces me conféraient un désavantage certain.
Cependant, je pensais être en mesure de les abattre tous les deux. Je n’étais pas le Champion de l’Arène Noire sans raison. J’avais triomphé de tous mes adversaires, jamais je n’avais perdu surle sable, devant le peuple venu m’acclamer. Les enchèrent allaient toujours bon train lorsque je me battais. Et j’avais suffisamment d’argent pour quitter les combats. Toutefois, l’Arène me protégeait : ma célébrité pouvait me coûter bien trop cher. Aussi, je restais caché en attendant le jour où la Mort viendrait marcher à ma rencontre.
Hélas pour mes adversaires, je sentais dans l’air que ce jour n’était pas arrivé. Dans quelques minutes, tous deux giraient au sol, sans vie.
Ils avancèrent surement vers moi, sourire aux lèvres. Bien évidemment, ils s’attendaient à m’avoir facilement. Ils allaient être surpris.

Le premier abattit son poing massif droit vers mon crâne. Et ne le toucha jamais. Je reculai bien trop vite pour lui et sautai à sa rencontre. Je fus cependant étonné de ne le toucher que de peu. Mon pied, lancé à toute allure, aurait dû lui éclater la mâchoire, pourtant je n’avais que frôlé son menton. Voilà un combat qui s’annonçait passionnant.
Alors que je reprenais mon équilibre, les deux brutes m’attaquèrent simultanément, avec une précision et une vivacité qui n’avaient rien à envier aux meilleurs. Toutefois, je ne les laissai pas me toucher. J’esquivai d’un geste fluide, avant de leur sauter dessus. Je rouai de coups l’un des deux géants, sans que mes mains ne parviennent à leur faire grand mal. Restant hors de portée de ses grosses paluches, j’enfonçai un doigt dans son œil. Il poussa un cri de douleur et me repoussa au sol. Un flot de sang coulait de l’œil que je venais de crever, mais il ne semblait guère préoccupé par sa blessure.
« Suis-je tombé sur plus fort que moi ? » ne pus-je m’empêcher de me demander.
Ce court instant de réflexion faillit m’être fatal. Le second colosse venait de lancer son pied droit dans ma poitrine, et je n’avais eu la vie sauve que grâce à mes réflexes surhumains.
Je fis appel à la Force des Nains et frappai violemment le sol de mon poing droit. Les prémisses d’un tremblement de terre s’annoncèrent. Je profitai de la surprise de mes adversaires pour m’élancer vers le blessé. Mes forces décuplées par le pouvoir, mon poing n’eut aucun mal à lui briser les côtes. Je retirai son cœur de sa poitrine et le montrai à tous avant de l’écraser entre mes doigts. Une clameur retentit dans la foule, satisfaite de voir son champion triompher.

Je n’oubliai pas mon second ennemi, toutefois. Sentant la Force des Nains me quitter, je dévoilai à tous mon plus grand secret. Mon haut tomba subitement, révélant un tatouage d’un blanc parfait sur ma peau mate. Il s’anima, le guerrier représenté abattant son marteau de guerre partout dans mon dos.
Un pouvoir de bataille plus puissant que tous ceux observés chez mes semblables s’éveilla en moi. Le colosse me semblait immobile. Je me rapprochai de lui et, avant qu’il ne s’aperçoive de rien, lui brisai la nuque.
J’avais triomphé. Et je devais fuir, si je voulais survivre.


Petite précision : je suis pas trop content de la fin...
Revenir en haut Aller en bas
 
Textes en vrac
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Textes en vrac [13+]
» Jolies petites phrases en vrac
» Elle est arrivée: Formula TEN HPI photo en vrac bas de page 1
» Transferts de textes
» Textes en ligne en italien.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les mots s'envolent, histoires en ligne :: Les écrits de Baptiste (Eric, l'ami de Merhia)-
Sauter vers: