Les auteurs en herbe que vous êtes pourront faire découvrir leurs oeuvres, être corrigés, avoir des avis et partager avec d'autres écrivains. Tous les écrivains sont les bienvenus... alors à vos claviers !
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion
Bienvenue aux nouveaux membres. N'hésitez pas à vous présenter et à rejoindre la Chat box (tout en bas) pour discuter.

Partagez | 
 

 Guerre de peuples

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eric, ami de Merhia
Ouragan
Ouragan
avatar

Messages : 1269
Réputation : 17
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 18
Localisation : À mi-chemin entre le temple de Cthulhu et la bibliothèque de la Citadelle de Westeros

MessageSujet: Guerre de peuples   Sam 7 Avr - 14:18

Je m'appelle Baptiste et j'adore écrire et lire.
Si vous voyez des erreurs dans ma nouvelle, merci de m'en informer.
Baptiste

Pour les commentaires cliquez ici http://www.brisedesmots.com/f74-les-commentaires-de-baptiste-eric-l-ami-de-merhia
Revenir en haut Aller en bas
Eric, ami de Merhia
Ouragan
Ouragan
avatar

Messages : 1269
Réputation : 17
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 18
Localisation : À mi-chemin entre le temple de Cthulhu et la bibliothèque de la Citadelle de Westeros

MessageSujet: Re: Guerre de peuples   Sam 7 Avr - 14:22

Voici le début :

Je m’appelle Hélène. Dans ce livre, je vais vous raconter comment je suis devenue une criminelle recherchée par tous les services de police alors qu’avant, j’étais une fille normale. J’avais treize ans et j’étais en quatrième à Corte, en Corse. J'étais brune avec des yeux verts émeraude. Mes cheveux étaient toujours retenus par un bandeau blanc et tombaient naturellement au milieu de mon dos. J’avais deux grandes amies qui m'avaient accompagnées dans cette aventure. La première, Théodora, avait des yeux marrons très foncés qui contrastent fortement avec sa chevelure blonde. Elle savait se battre, tout comme Esther, l’autre personne m’ayant accompagner dans cette aventure. Esther avait des cheveux châtains et des yeux bleus. Ses cheveux et ceux de Théodora leurs arrivaient aux épaules. C'étaient des fausses jumelles orphelines car leurs parents étaient morts dans un accident de voiture. Elles étaient devenues mes soeurs adoptives par mon choix.
Revenir en haut Aller en bas
Eric, ami de Merhia
Ouragan
Ouragan
avatar

Messages : 1269
Réputation : 17
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 18
Localisation : À mi-chemin entre le temple de Cthulhu et la bibliothèque de la Citadelle de Westeros

MessageSujet: Re: Guerre de peuples   Sam 7 Avr - 14:22

Cette histoire commença le dimanche 10 juillet 2011. Ce jour-là, j’avais reçu trois billets d’avion à la date du dimanche 24 juillet 2011, à onze heures. Le départ était prévu à l’aéroport de Borgo et l’arrivée à Nantes. Ils étaient aux noms de mes soeurs adoptives et du mien. J’avais demandé à mes parents si cela ne les gênaient pas mais ils avaient dit que je pouvais y aller à la condition que je prenne quelques leçons d’escrime avant car je n’étais pas très forte dans ce domaine.
J'acceptai, évidemment. Je ne vois pas ce que je pourrai refuser à ma mère !
Comme tous les soirs de beau temps, je me promenais dans la forêt avec mes soeurs. Esther avait un sac sur le dos, cependant, je ne savais pas ce qu’il contenait. Vu qu'il y avait peu de danger dans la forêt, je n’avais aucune arme quelconque. Esther sortit alors deux couteaux de son sac. Elle en lança un à Théodora qui l’attrapa avant de me lancer :
« Voici, pour toi, une leçon qui te sera, peut-être un jour, utile : c’est la poursuite. Nous sommes les poursuivantes armées (comme tu le vois) et tu es la poursuivie désarmée. Cela arrivera peut-être un jour mais je ne te le souhaite pas. Je te souhaite bonne chance et tu peux utiliser tous les moyens en ta possession pour nous échapper. Débrouille-toi. C’est parti ! »


Dernière édition par Eric, ami de Merhia le Mar 10 Avr - 16:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eric, ami de Merhia
Ouragan
Ouragan
avatar

Messages : 1269
Réputation : 17
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 18
Localisation : À mi-chemin entre le temple de Cthulhu et la bibliothèque de la Citadelle de Westeros

MessageSujet: Re: Guerre de peuples   Sam 7 Avr - 14:23

Aussitôt, je me mis à courir. Je sifflai pour appeler Nathanaël, mon cheval. Il était dans un enclos situé près de la maison. Je savais très bien qu’il pouvait en sortir facilement. Esther était la plus rapide, ce qui explique le fait qu’elle avait fait un détour pour me couper la route. Je partis de l’autre côté et Nathanaël surgit des bois et s’arrêta près de moi. Il avait une robe noire, tachetée de blanc par endroit. Je sautai sur son dos en visualisant d'un coup d'œil le coucher de soleil, me signalant qu’il était environ vingt-deux heures. Sur le dos de Nathanaël, au galop, je fis un grand détour d’environ cinq kilomètres. Ce changement d'itinéraire me conduirait à la maison sans tomber sur mes soeurs adoptives (normalement).
À environ un kilomètre de la maison, mon beau et grand étalon s’arrêta brusquement. Je caressai ma selle des deux côtés avec un mouvement descendant car celle-ci contenait deux fourreaux à couteaux en cuir tressé. Mais là, malheur ! Ceux-ci n’étaient pas là ! C’est alors que j’entendis un craquement à droite suivi de près par un deuxième de l’autre côté. La panique prit possession de moi. Etait-ce mes soeurs adoptives qui m’avaient rattrapée ? Ou était-ce un autre ennemi inconnu ? Je ne savais pas.


Dernière édition par Eric, ami de Merhia le Sam 5 Mai - 16:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eric, ami de Merhia
Ouragan
Ouragan
avatar

Messages : 1269
Réputation : 17
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 18
Localisation : À mi-chemin entre le temple de Cthulhu et la bibliothèque de la Citadelle de Westeros

MessageSujet: Re: Guerre de peuples   Sam 7 Avr - 14:25

Soudain, deux hautes silhouettes sombres surgirent des bois. Je pensai que c’étaient des hommes mais, à cause de l'obscurité, je n’en était pas sûre. On dirait que des cagoules masquaient leurs visages mais je n’en était pas sûre non plus. Ils se précipitèrent sur moi simultanément. Un rayon de lune me confirma que c’étaient des hommes avec des cagoules. C’est alors que le temps parut se dilater autour de moi. Les hommes avançaient maintenant au ralentit, ce qui m’offrit un avantage de taille. Je talonnai mon cheval qui partit droit devant au galop. En me retournant, je vis les deux hommes s’enfoncer leurs couteaux en plein coeur à une vitesse normale, m’indiquant que le temps avait de nouveau emprise sur moi. J’étais toujours retournée quand Nathanaël s’arrêta à nouveau brusquement, manquant de me désarçonner. Je fis volte-face soudainement, de peur. Je fus stupéfaite par ce que je découvris et, devant mon air ébahi, Esther et Théodora éclatèrent de rire.


Dernière édition par Eric, ami de Merhia le Sam 5 Mai - 16:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eric, ami de Merhia
Ouragan
Ouragan
avatar

Messages : 1269
Réputation : 17
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 18
Localisation : À mi-chemin entre le temple de Cthulhu et la bibliothèque de la Citadelle de Westeros

MessageSujet: Re: Guerre de peuples   Sam 7 Avr - 14:25

« Où étais-tu ? demanda Esther redevenue sérieuse.
- Nous nous faisions un sang d’encre ! ajouta sa soeur.
- Mais le principal est que… commença Esther
- … Nous t’ayons retrouvée saine et sauve, termina l’autre.
- Préviens-nous la prochaine fois ! crièrent-elles en choeur, en choeur.
- Excusez-moi mais là vous faites fausse route, dis-je. Il me semble que c’est vous qui avez lancé la poursuite.
- Exact. Il n’empêche que ces deux assassins ont bien failli t’avoir, fit Esther en pointant du doigt les cadavres.
- Il fallait m’aider alors ! m’écriai-je.
- Tu t’en est très bien sortie toute seule ! s’exclama Théodora.
- Arrêtez les filles ! lança ma mère, alertée par les cris. Nous rentrons.
- Tiens Hélène, murmura Esther en me tendant les couteaux qu’elles avaient récupérés et qui étaient en fait ceux de ma selle.
- Merci ! » répondis-je sur le même ton.
Leurs manches étaient en bois d’olivier. Des dessins noirs représentant des serpents les décoraient. Je les rangeai à leurs places.


Dernière édition par Eric, ami de Merhia le Sam 5 Mai - 16:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eric, ami de Merhia
Ouragan
Ouragan
avatar

Messages : 1269
Réputation : 17
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 18
Localisation : À mi-chemin entre le temple de Cthulhu et la bibliothèque de la Citadelle de Westeros

MessageSujet: Re: Guerre de peuples   Sam 7 Avr - 14:26

Ma mère s’appelait Maria des Bois de Corte. Elle était blonde, une chevelure magnifique tout le temps tressée lui arrivant aux fesses. J’avais hérité de ses yeux verts et d’un de ses grands traits de caractère : le calme. Ma mère était issue d’une très ancienne et très puissante famille de Corse, la famille « des Bois de Corte ». C’étaient des seigneurs respectés et craints par la population de toute l'île. Nous avions hérité de leur somptueux château qui, avec le temps, était tombé en ruine. Cela avait fait du lieu une aire de jeux où plusieurs générations de notre famille s’étaient amusés. Nous profitions de ce magnifique décor pour faire de l’escrime. Nous avions retapé les deux maisons de garde, où nous vivions. Dans l’une, il y avait nos grands-parents et dans l’autre, il y avait mes parents, mes soeurs adoptives et moi. Le domaine était gigantesque et c’était donc plus facile pour faire de longues courses d’endurance, domaine où j’excellais. Des entraînements étaient aussi très courants chez nous. Notre terrain s’étendait sur pas mal d’hectares.


Dernière édition par Eric, ami de Merhia le Sam 5 Mai - 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eric, ami de Merhia
Ouragan
Ouragan
avatar

Messages : 1269
Réputation : 17
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 18
Localisation : À mi-chemin entre le temple de Cthulhu et la bibliothèque de la Citadelle de Westeros

MessageSujet: Re: Guerre de peuples   Sam 7 Avr - 14:26

Elle avait un ton autoritaire, celui qu'elle avait utilisé tout à l’heure pour clore notre dispute. Ensuite, il y avait le fait que ce soit une grande couturière, comme nos ancêtres. Enfin, c'était une redoutable guerrière. En effet, c’est sous son enseignement que j’avais appris à blesser et à tuer avec des objets de la vie courante, comme une aiguille à coudre.
En mettant la table, je racontai les événements. Elle me dit :
« Tout à l’heure, vers vingt-trois heures trente, viens aux ruines pour t’entraîner avec moi, toutes les deux. Mais n’en parles surtout pas à tes soeurs.
-D’accord ! m’exclamai-je. À table ! » criai-je à l’intention de mes soeurs adoptives.


Dernière édition par Eric, ami de Merhia le Sam 5 Mai - 16:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eric, ami de Merhia
Ouragan
Ouragan
avatar

Messages : 1269
Réputation : 17
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 18
Localisation : À mi-chemin entre le temple de Cthulhu et la bibliothèque de la Citadelle de Westeros

MessageSujet: Re: Guerre de peuples   Lun 9 Avr - 16:24

Après le dîner, je courus dans ma chambre mettre des vêtements ne craignant rien mais souples dans lesquels je serais à l'aise. Je fonçai ensuite dans la salle d’armes du château, jouxtant celui-ci. Grâce à nos entretiens réguliers, le local d'armes n'était pas tombé en ruine. Nous y entreposions toutes sortes d’armes, de l’épée à l’arbalète, en passant par l’arc et le poignard. J’en pris une ayant un fourreau et je la glissai à ma ceinture. Je plaçai une autre rapière dans ma main. Celle-la n’en avait pas.
Quand j’arrivai au point de rendez-vous, ma mère m’attendait. Elle lança aussitôt le combat. Je parai et ma riposte croisa son attaque qui avait jailli au moment où j’avais paré le premier coup. Elle me laissa attaquer à nouveau mais mon coup fut contrer par un autre qui surgit si rapidement que je dû sortir en hâte mon deuxième sabre, de sorte à bloquer coûte que coûte cet estoc surprise qui fut finalement arrêté. Cependant, le coup fut si fort que mon sabre à peine sorti tomba à terre. Après quelques minutes de combat acharné où ma mère ne prit le dessus que parce que j’étais sur la défensive, je me fendit. Ma mère, malheureusement pour moi, très agile, l’esquiva. Cela me déséquilibra et je lâchai ma rapière. Ma mère m’ordonna de me rendre d’un ton autoritaire. Je lui obéis, bien que j’étais déçue. J’espérais battre ma mère, mais je prendrais ma revanche une prochaine fois.
« Bien ! dit-elle d’un ton sec. Rentrons !
- D’accord. Je me couche, à demain et bonne nuit.
- Bonne nuit ma chérie, fais de beaux rêves. »
Je courus dans ma chambre car il était minuit. Je mis ma chemise de nuit, ouvris ma fenêtre à cause de la chaleur, je me couchai pour m’endormir directement.


Dernière édition par Eric, ami de Merhia le Dim 6 Mai - 8:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eric, ami de Merhia
Ouragan
Ouragan
avatar

Messages : 1269
Réputation : 17
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 18
Localisation : À mi-chemin entre le temple de Cthulhu et la bibliothèque de la Citadelle de Westeros

MessageSujet: Re: Guerre de peuples   Mer 11 Avr - 14:23

Le lendemain matin, je me réveillai à onze heures. C’était une chaude nouvelle journée d’été. Je m’habillai, glissai la rapière d’Esther à ma ceinture et descendis demander à ma mère si elle tenait à m’accompagner en forêt. Elle refusa, se justifiant par un signe de t^te en direction de son couteau qui tranchait des carottes.
J’allais donc me promener dans les bois, toute seule. Il faisait lourd, environ 30°C. C’était assez chaud pour un matin d’été, même en Corse, surtout sous les arbres, à l’ombre et sous un épais feuillage qui formait un bon abri. Dans la forêt, il y avait de nombreux conifères mais d’une seule espèce : l’épicéa. En revanche, il y avait une grande diversité de feuillus : des chênes, des marronniers, des châtaigniers et même des oliviers qui nous donnaient de belles olives juteuses. Il y avait aussi, malheureusement, des arbres calcinés, grillés par les incendies assez fréquents quoique plus rares que dans la région de Bonifacio en raison d’une plus faible chaleur.
Ce fut alors que je vis, devant moi, une personne assez grande, portant une cagoule et habillée toute de noir. Cette personne possédait deux rapières : une à la main et une à sa ceinture. Cela sentait le danger à plein nez. Je décidai de sortir la mienne, au cas où. Je ripostai et j’esquivai sa contre-attaque. Le mystérieux agresseur attaqua de nouveau. Après quelques instants de combat féroce où je fus tout le temps sur la défensive, je reconnus la stratégie de ma mère : attaquer, toujours attaquer. Maintenant, j'en étais sûre, c'était elle. Et moi, là-dedans, je me défendais, comme hier soir. L'agresseur (ma mère) esquiva une de mes attaques, peu nombreuses je le reconnais. J’attaquai une deuxième fois d'affilée. Ma mère para mon coup et tenta de me désarmer avec sa garde. Cependant, comme elle rata son coup, ce fut moi qui la désarmai. Elle tira sa deuxième rapière et m’attaqua d’un coup vertical. Je parai et, ripostai aussitôt et la touchai. Elle saigna du bras gauche. Ma mère attaqua de nouveau et je fus obligée de me défendre. Après quelques minutes de combat difficile, je trouvai enfin une faille dans son style de combat. Me faisant reculer, elle devait avancer pour pouvoir me toucher avec sa rapière. Et c’est là que ce trouvait la faille : sa jambe droite se situait plus près de ma lame que ce qu’il faudrait. Je parai un énième coup et ripostai d’un mouvement horizontal qui la blessa à sa jambe droite. Elle tomba sur ses mains. Sa rapière roula au sol. Je la menaçai de la pointe de ma propre rapière et elle se rendit. Je lui criai :
« Je t’ai reconnue, maman ! Tu as toujours la même stratégie et je l’ai remarqué.
-Bravo, chérie, tu es très observatrice, me complimenta-t-elle. Bon, ce n’est pas tout mais il nous reste du temps avant de manger. Reprenons !»



Dernière édition par Eric, ami de Merhia le Mer 10 Avr - 13:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eric, ami de Merhia
Ouragan
Ouragan
avatar

Messages : 1269
Réputation : 17
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 18
Localisation : À mi-chemin entre le temple de Cthulhu et la bibliothèque de la Citadelle de Westeros

MessageSujet: Re: Guerre de peuples   Mer 11 Avr - 14:24

Ce fut par toute une série d’affrontements de ce genre faits par tous les temps que je devins meilleure que ma mère et que mes soeurs. Et tout cela avant de partir pour la Bretagne, bien sûr. Je désirai aller à Perros-Guirec, dans les Côtes d’Armor. Au moment de réserver, nous nous aperçurent, ma mère, mes soeurs et moi, qu’une chambre était déjà réservée à mon nom mais pour une nuit seulement. Nous appelâmes et déclarâmes que je prolongerais si nécessaire, sur place.
« Vous ne trouvez pas qu’il y a anguille sous roche ? demandai-je.
-Peut-être, répondit ma mère. De toute façon, tu as votre portable, non ?
-Oui, la rassurai-je.
-Donc, si tu as un problème, tu appelles,» s’écria ma mère.
Non, je n’ai pas fait d’erreur. Mes soeurs et moi avions bien un portable pour trois.

Arrivées à Nantes vers 18 heures, mes soeurs et moi étant fatiguées, nous appelâmes un taxi, comme prévu. Nous payâmes à Perros-Guirec, en arrivant. La température avait encore chutée depuis Nantes. Un thermomètre nous indiquait la température : 18°C au soleil, moins que ce que nous avions à l’ombre en Corse.

Le lendemain matin, nous nous promenâmes sur les criques, des deux côtés du village. Il ne faisait que 20°C, c’est-à-dire très froid pour nous qui étaient habituées au chaud. La chaleur était peut-être la seule chose qu’il me manquait, pour l’instant, depuis que nous étions parties de Corse. Nous arrivâmes sur une crique où il y avait un trou dans les rochers. Ce trou se situait à environ dix mètres devant nous. On aurait dit qu’une force invisible nous entraînait vers ce trou. Nous nous miment en cercle autour de ce trou à l’intérieur duquel nous ne voyions rien. C’est alors que nous tombâmes.
« Aaaaaaaaaaahhhhhhhhhhh !» hurlâmes-nous toutes les trois.
C’est fini ! Je vais mourir! pensai-je. Mais non, je ne meurs pas, au contraire. Nous atterrissâmes en douceur sur nos pieds.
Il régnait à l’endroit où nous arrivâmes une forte chaleur qui jurait fortement avec la fraîcheur de dehors. Nous nous effondrâmes. Une lumière bleue turquoise nous fit découvrir une caverne assez grande. En regardant vers la source de lumière, je découvris que celle-ci provenait d’un cristal bleuté. Devant nous, il y avait un peuple qui n’était pas humain. C’étaient des êtres petits, d’une couleur mi-verte, mi-bleue. Ces créatures nous arrivaient à la taille environ. Ils avaient tous une chevelure marron leur arrivant à la nuque. Tous possédaient des yeux bleus, sauf quelques uns qui les avaient rouges. Pourquoi ? Je ne savais pas. Nous ne nous étions toujours pas relevées que ces êtres mystérieux encerclèrent un objet ressemblant à une pierre mais que je distinguai mal, à cause de l’obscurité. Un homme surgit alors derrière nous, à l’endroit exact où nous étions arrivées. Il ne s’effondra pas, lui. A son approche, l’ONI (Objet Non-Identifié) s’illumina. C’était en effet une grosse pierre. Pour être plus précis, c’était un diamant avec des émeraudes, des saphirs, des rubis et de l’onyx, moins précieux, incrustés dessus. L’ensemble projetait une forte lumière jaune sur la caverne et sur l’homme. Celui-ci s’approcha doucement de la pierre avant de la caresser. A la lumière, nous vîmes que c’était un géant. Il avait de courts cheveux bruns et des yeux verts. Il s’inclina devant une de ces créatures qui possédait les yeux rouges. Cette créature lui parla longuement avant de nous adresser la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Eric, ami de Merhia
Ouragan
Ouragan
avatar

Messages : 1269
Réputation : 17
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 18
Localisation : À mi-chemin entre le temple de Cthulhu et la bibliothèque de la Citadelle de Westeros

MessageSujet: Re: Guerre de peuples   Mer 11 Avr - 14:25

« Je vous souhaite la bienvenue au royaume korrigan et, pour être plus précis, à la caverne royale. Je suis le roi Corigan XVIII. C’est moi qui, avec l’aide de Maurec que voici, vous ai fait venir ici. Je vous ai appelées car j’ai une mission pour vous. Le fantôme de la princesse d’Ys hante depuis peu nos cavernes et nous ne pouvons rien faire sur son fantôme. Cependant, nous pouvons agir sur son vivant. C’est pourquoi vous allez devoir vous rendre à Ys, dans le passé au moyen de la pierre magique (la pierre que nous protégeons coûte que coûte) et convaincre la princesse Dahut d’Ys de refermer les portes. Si elle ne se tue pas de désespoir, nous serons tranquilles. Merci d’avance et bonne chance !
-Attendez un peu, dictateur ! répliquai-je. Qui vous dit que nous acceptons ?
-Si vous refusez, je vous envoie de force dans le passé ! s’écria le roi.
-Nous aimerions bien voir ça ! nous nous exclamâmes en choeur après avoir remarqué des sabres sur un mur (quatre sabres). Nous sommes pour la liberté, dictateur. A l’attaque !»
Nous nous jetâmes sur les sabres et nous en prîmes chacune un. Le dénommé Maurec en attrapa un lui aussi. Nous l’attaquâmes mais des korrigans le défendirent. Mes soeurs s’occupèrent d’eux. Il esquiva mon premier coup et ne tarda pas à riposter. Je parai et nous appuyâmes d’une force égale sur le sabre pour désarmer l’autre. Un coup de pied plutôt bien placé le fit tomber. Il esquiva un autre coup qui aurait dû lui trancher la tête. Je sautai sur un rocher à coté de moi. Il tenta de me trancher les pieds mais j’esquivai en sautant. J’atterris à ses côtés et d’un coup circulaire tenta de lui trancher la tête à nouveau. Il para et riposta mais son attaque molle passa à ma droite. Cette fois, je ne laissa pas passer ma chance, je lui coupai la tête. Celle-ci tomba au sol et roula un peu plus loin.
Je me retournai pour faire face à Corigan XVIII mais celui-ci préféra envoyer des soldats contre moi plutôt que de m’affronter en personne. Je parai un coup avant de riposter d’un geste vers le coeur du soldat le plus proche de moi. Celui-ci esquiva mon coup et, avec son coutelas, tenta de me trancher la tête. J’esquivai ce geste et deux autres korrigans se joignirent à lui pour avoir ma peau. J’en décapitai un d’un geste fluide et fit face aux deux derniers qui attendaient une faute de ma part pour me tuer.

✧✧✧

Je sentis que j’avais un problème. Je savais pas encore lequel, mais j’étais sûre que j’en avais un. Ce qui était sûr, c’est que je étais sur le point de mourir (ou de survivre). Ça y est, je trouvai mon problème. Ils possédaient de gros coutelas et, moi, seulement un sabre pas très épais. Je ne savais pas encore par quelle ruse j’allais avoir raison de leur vie de korrigans, mais je trouverais bientôt. Je n’étais pas si nulle, si ? Je réfléchis… Je trouvai !!! Je les aurais par la ruse du dernier Horace (histoire romaine) lorsqu’il avait vaincu les Curiaces (si vous ne connaissez pas cette ruse, allez sur Internet et recherchez « lutte des Horaces et des Curiaces »). Je les blesserais et courrais me cacher plus loin en les attendant.

✧✧✧

J’esquivai un premier coup et en parai un second. Je blessai l’un des deux korrigans qui s’effondra. L’autre me sauta dessus et pour me débarrasser de lui, je dus l’assommer, ce que je fis avec le plat de mon sabre. Je m’exclamai :
« Venez vous battre, Corigan XVIII ou je tue vos soldats !
-J’arrive petite, répliqua le roi des korrigans. Je vais te capturer et te torturer jusqu’à la fin de tes jours.
-Cela reste à prouver, roi.»
Revenir en haut Aller en bas
Eric, ami de Merhia
Ouragan
Ouragan
avatar

Messages : 1269
Réputation : 17
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 18
Localisation : À mi-chemin entre le temple de Cthulhu et la bibliothèque de la Citadelle de Westeros

MessageSujet: Re: Guerre de peuples   Mer 11 Avr - 14:25

Il m’attaqua et se fendit vers mon coeur mais j’esquivai son coup avant d’envoyer mon sabre vers son coeur. Il esquiva mon coup fatal et nos armes se croisèrent pour la première fois. Je le désarmai d’un coup de mon poing gauche. Mon sabre ayant désormais la route libre, je tentai de le lui enfoncer en plein coeur mais le monarque esquiva. Il tenta de ramasser son coutelas mais je l’envoyai plus loin d’un coup de pied. Il me supplia du regard de l’épargner mais je lui tranchai la tête d’un geste fluide, sans la moindre pitié. Il ‘effondra. Les derniers gardes s’élancèrent vers moi mais Théodora vint à ma rescousse. Elle se fraya un chemin à coup de sabre. Chaque coup toucha sa cible. J’assassinai les derniers gardes et Esther nous rejoignit. Je regardai la scène de meurtres à côté de moi. Je m’aperçus que les corps des korrigans se réduisaient en cendre une fois mort et que Maurec avait disparu. Un tourbillon nous remonta à la surface. A nos côtés, il y avait le corps de Maurec.
C’est alors que j’entendis une sirène de police quelques rues plus loin. Théodora pesta :
« La mort de Maurec a fait de nous des criminelles.
-Je ne vois qu’une seule façon pour nous de nous en sortir, marmonna sa soeur. Il nous faut aller dans le passé pour sauver Ys.
-Je suis d’accord, approuvai-je en coeur avec Théodora.
-Dans ce cas, allons-y à trois, termina Esther lorsque nous encerclâmes la pierre. Un… deux… et… trois !»
Aussitôt, nous basculâmes sur la pierre, avant même que nous ne la touchâmes. Notre corps physique bougeait mais nous ne nous en rendions pas compte (mais alors, comment l’ai-je su ? Je ne savais pas.). Après quelques instants de grande frayeur, nous nous arrêtâmes brusquement de crier.
Revenir en haut Aller en bas
Eric, ami de Merhia
Ouragan
Ouragan
avatar

Messages : 1269
Réputation : 17
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 18
Localisation : À mi-chemin entre le temple de Cthulhu et la bibliothèque de la Citadelle de Westeros

MessageSujet: Re: Guerre de peuples   Mer 11 Avr - 14:46

Nous étions dans le passé ! C’était obligatoire ! Les maisons étaient vieilles, il y avait quelques chevaux mais, surtout, des fiacres ! L’un d’entre eux passa devant nous. En regardant vers la mer, au loin, nous découvrîmes une cité entourée de digues et de murailles. La cité était gigantesque. Ys, car c’était bien elle, possédait de grandes tours défensives. À ce moment, la marée était haute mais elle commençait à baisser.
Quelques heures venaient de passer. Nous vîmes une personne sortir d’Ys. Lorsqu’elle fut près de nous, je vis qu’elle portait un diadème d’argent et d’améthystes. Ses cheveux auburn et ses yeux gris d’orage m’indiquèrent que c’était bien la princesse Dahut d’Ys. Elle passa loin de nous sans nous apercevoir. Mes soeurs la suivirent. Je décidai de les attendre ici.
Revenir en haut Aller en bas
Eric, ami de Merhia
Ouragan
Ouragan
avatar

Messages : 1269
Réputation : 17
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 18
Localisation : À mi-chemin entre le temple de Cthulhu et la bibliothèque de la Citadelle de Westeros

MessageSujet: Re: Guerre de peuples   Mer 11 Avr - 14:53

✧✧✧

Changement de narrateur. Moi, c’est Théodora. Je suis directe, il faut pas chercher à comprendre.
Nous suivîmes Dahut jusque dans une taverne. Des musiciens jouaient au plus fort qu’ils le pouvaient. Dahut commanda une chope de bière et nous aussi, pour ne pas attirer l’attention. Après avoir finie sa bière, Dahut alla danser et je fis à Théodora :
« Va lui dérober la clé discrètement, je t’attends là.»
Elle alla la prendre et revint une dizaine de minutes plus tard, clé en main. Nous courûmes jusqu’à Hélène.
Revenir en haut Aller en bas
Eric, ami de Merhia
Ouragan
Ouragan
avatar

Messages : 1269
Réputation : 17
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 18
Localisation : À mi-chemin entre le temple de Cthulhu et la bibliothèque de la Citadelle de Westeros

MessageSujet: Re: Guerre de peuples   Mer 11 Avr - 15:04

✧✧✧
Nouveau changement de narrateur. Je courus avec Esther et Théodora jusqu’à Ys, ne faisant des pauses que pour respirer. Mais la marée montait. Les trous d’eau furent remplis en premier, nous ralentissant. Nous atteignîmes les digues essoufflées et dûmes trouver la porte avec l’eau montante et sous les nuées de flèches. Enfin, je la trouvai. Théodora ferma la porte mais une flèche m’atteignit à la cuisse. Une tornade nous transporta chez nous, à Corte, dans le présent.
« Victoire ! soufflai-je.
-Les filles ! Fuyez ! s’exclama ma mère dans le jardin. Vous êtes recherchées par la police.»
Nous fuîmes vers les bois, en tant que criminelles.
Revenir en haut Aller en bas
Eric, ami de Merhia
Ouragan
Ouragan
avatar

Messages : 1269
Réputation : 17
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 18
Localisation : À mi-chemin entre le temple de Cthulhu et la bibliothèque de la Citadelle de Westeros

MessageSujet: Re: Guerre de peuples   Sam 5 Mai - 15:59

✧✧✧
Lorsque Dahut se rendit compte de l’absence de la clé, elle prit peur. Elle repoussa son cavalier, paniquée. La princesse chercha désespérément dans toutes les poches de sa robe, en vain. Elle décida de courir à Ys.
Aussitôt pensé, aussitôt fait. Sur la lande, elle aperçut au loin quelques silhouettes, mais trop lointaines pour qu’elle les rattrape, surtout avec la marée montante. La princesse choisit d’attendre le début de la marée descendante.

Dahut, qui s’était endormie, se réveilla alors que le niveau de l’eau baissait. Elle se dirigea vers Ys.
Quand elle arriva enfin, cinq heures plus tard, elle trouva porte close. Elle recula des digues pour appeler des gardes à son secours mais, lorsqu’elle demanda de l’aide, une flèche, tirée par un soldat qui ne l’avait pas reconnue, lui transperça le coeur.
En expirant, elle dit :
« Ys doit disparaître à cause de ce soldat indigne, un traître.»
Et au moment où elle rendit l’âme, Ys et sa population disparurent.

Comme Dahut ne mourut pas de désespoir, les korrigans ne seraient pas importunés par son fantôme. Mais comme ils mourront, cela ne fera pas de grande différence…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Guerre de peuples   

Revenir en haut Aller en bas
 
Guerre de peuples
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les mots s'envolent, histoires en ligne :: Les écrits de Baptiste (Eric, l'ami de Merhia)-
Sauter vers: