Les auteurs en herbe que vous êtes pourront faire découvrir leurs oeuvres, être corrigés, avoir des avis et partager avec d'autres écrivains. Tous les écrivains sont les bienvenus... alors à vos claviers !
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion
Bienvenue aux nouveaux membres. N'hésitez pas à vous présenter et à rejoindre la Chat box (tout en bas) pour discuter.

Partagez | 
 

 ''Galdor, l'étoile de l'espoir''

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
KiboItami26
Grand Typhon du flood
Grand Typhon du flood
avatar

Messages : 1696
Réputation : 4
Date d'inscription : 29/01/2011
Age : 20
Localisation : Au Québec, comme à mon habitude :P

MessageSujet: ''Galdor, l'étoile de l'espoir''   Sam 3 Sep - 14:51

Galdor, l'étoile de l'espoir


Prologue

L'haleine en feu, les poumons compressés et les jambes lourdes, il continuait à avancer sous la pluie incessante. Quelque chose le poursuivait, il en était sûr et cette chose n'était pas humaine. Il courait malgré la douleur qui, lancinante, devenait insupportable. Les bruits se rapprochaient, tandis que la bête gagnait du terrain. Le décor sombre défilait (vers lui, devant lui, à ses cotés ?). Les arbres semblaient vouloir l'emprisonner, les ombres l’encerclaient et la lune le suivait avec un regard malicieux. L'homme n'en pouvait plus, il priait pour que Dieu lui pardonne ses péchés et lui donne la force d’avancer, mais l'homme trébucha. Ce condamné vit la créature s’approcher .Il n'en pouvait plus et était incapable de se relever. Il tenta une dernière fois de se remettre sur ses jambes, mais la douleur était plus forte qu’il ne pouvait endurer. Se résignant, il chercha de ses yeux la face de la créature. L’obscurité l'en empêchait. Sa vue commençait à se brouiller. Mais il réussit à voir le visage de cette chose terrifiante avant son exécution.

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

«-…un homme a été retrouvé mort sur une montagne, non loin de…

-Ah… Encore un ! Cria un homme en frappant rageusement de ses poings sur un mur.

-Maître…, calmez-vous… tenta d’intervenir l’un de ses serviteurs.

-Me calmer !? Comment voulez-vous que je me calme lorsqu’on vient d’abattre un homme des plus fidèle, et serviable que j'avais !?

-Maître, Il faut rester calme… sinon…vous allez prendre de mauvaise décision… bafouilla-t-il

Sa voie tremblait de peur. Son maître le regardait avec intensité, rempli de haine. Le valet croyait vraiment qu’il allait y passer. Le supérieur ferma les yeux avec force, pointa son poing sur ce vermisseau et cria de rage. Un éclair jaillit de sa main et toucha sa cible. Celle-ci tomba à terre sans vie. Le meurtrier se retourna sans un regard devant les confrères de la victime. Tous étaient apeurés devant la force de son pouvoir.

~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~

" I dont know where I am going, but I am on my way. " Voltaire


‎''Life is like a trip. During this trip you will smile, you will cry, you will suffer, you will meet people : sad people, and good people. Some of them will die, but you can't help it. So just turn around and continue to live for the ones who have lost themselves and the ones who fell.'' Pandora Hearts


Dernière édition par KiboItami26 le Jeu 29 Aoû - 21:56, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
KiboItami26
Grand Typhon du flood
Grand Typhon du flood
avatar

Messages : 1696
Réputation : 4
Date d'inscription : 29/01/2011
Age : 20
Localisation : Au Québec, comme à mon habitude :P

MessageSujet: Re: ''Galdor, l'étoile de l'espoir''   Jeu 29 Aoû - 22:09

Alors, après beaucoup de temps j'ai enfin continuer le chapitre 1, qui était trop court à mon goût(surtout si on le compare aux chapitres à Camille T-T)et il n'est pas terminer. Je le post incomplet pour avoir vos avis sur la suite, mais je vous poserai la question après le chapitre pour être sur que vous comprenez. Bonne Lecture Very Happy

Chapitre 1

Une jeune fille en pleurs courait pour trouver celui qu’elle cherchait. Scrutant de son regard affolé le décor sombre et attristant, elle ne vit que des corps ensanglantés joncher le sol.

Le village entier était noirci par les flammes qui avaient dévasté la ville, les maisons, les arbres, les voitures. Rien n’avait pu échapper aux flammes. Cette survivante se trouvait devant sa maison réduite en un tas de cendre. Sa famille n’avait pu survivre à une telle violence. Elle pleura et un vide s’installait en elle. Toute sa famille et ses amis était morts. Elle n’avait plus de chez-soi, un endroit où se réchauffer, se réconforter, être en sécurité, où être heureuse simplement. Sa vie ne serait plus jamais pareille.

Elle ressentait une douleur au fond de son ventre, la tristesse et le désespoir. Cette découverte l’abattait, c’est comme si elle ne pourrait plus jamais se relever, elle avait perdu sa raison de vivre, sa joie. Elle aurait voulu que les flammes la consument elle aussi. Pourquoi l’avaient-elles épargnée? Ses pensées étaient confuses, sa concentration et sa lucidité s’affaiblissaient. Sa douleur était forte, elle ne pouvait s’empêcher de penser que de s’endormir et ne jamais se réveiller était une idée séduisante.

Cependant elle ne pouvait pas. Son intuition lui disait de trouver la seule famille qui lui restait : un garçon au nom de Galdor. Elle sécha ses larmes. Le désespoir l’envahissait et la dernière chose à laquelle elle pouvait s’accrocher était de retrouver son ami. Elle continua son chemin, le cœur rempli de chagrin, à le chercher.

L’orpheline entendit quelque chose arriver de sa droite. À travers ses yeux remplis de larmes, elle vit un jeune homme qui était grand et vêtu d’un long manteau noir. Elle ne pouvait voir le visage de ce mystérieux garçon, car il portait une capuche. Il leva tranquillement une main vers son front et enleva le capuchon de sa tête. Le garçon avait les cheveux foncés et courts, son nez était fin, tout comme ses lèvres, qui avaient une teinte violette à cause du froid cinglant. Ce qu’elle vit la paralysa, ses yeux d’un bleu azurin étaient empreints par la souffrance et le déchirement.

Elle s’approcha de lui, mais il recula.

-Galdor ! Gal ! Tu es enfin là ! La ville a été brûlée ! Ils sont tous morts ! J’ai peur Gal, qu’est-ce qu’on va faire, aide moi… dit-elle sur un ton de désespoir.

-Je ne peux pas…Je dois partir… la coupa ce dernier en secouant la tête.

-Non…

-Je n’ai pas le choix, au revoir Olie… Je t’aime…

Il s’éloigna à grands pas, la laissant seule.

-Gal ! Tu ne peux pas me faire ça ! Tu me l’avais promis ! Ne me laisse pas seule! J’ai peur…

Elle se laissa choir sur le sol et pleura jusqu’à ce que le sommeil vienne à bout de ses pleurs et l’endorme.

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Le soleil plombait ses rayons puissants sur le visage de Galdor, en sueur. Il se réveilla en sursaut et s’empressa de regarder autour de lui, soulagé de constater qu’il était dans sa chambre. L’incendie et cette scène avec Olie n’était qu’un cauchemar. Mais ce rêve était trop réaliste, il avait senti le désespoir de son amie Olie, sa tristesse et le froid qui le transperçait. Il se débarrassa de ses pensées sombres, se disant que ce n’était qu’un cauchemar comme les autres et qu’il n’avait aucune raison de s’affoler.

Gal se rendit à la salle de bain pour s’asperger le visage d’eau froide. Il aimait le contact de celle-ci sur sa peau, elle replaçait ses pensées. Il s’épongea le visage avec une serviette et repartit dans sa chambre.

Son intuition lui disait de regarder son cadran. Il vit avec affolement que son alarme n’avait pas sonné. S’il ne se dépêchait pas, on allait lui coller une retenue pour cause de retard. Galdor s’empressa de se préparer, puis courut à sa Dodge SX 2.0 Berline Bordeaux 2005, elle était rouge et avait un peu de rouille, mais faisait l’affaire. Il s’y installa rapidement et parti en vitesse au lycée.

Quand il arriva enfin, la cloche sonna pour avertir que les cours commençaient dans 5 minutes. Il fit une petite marche rapide jusqu’à son casier puis à sa classe.

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Galdor sorti de l’école avec joie, tous ses cours étaient d’un ennui mortel ! Olie l’attendait à sa voiture, ils étaient supposés de faire un travail pour l’école, quelque chose de barbant à propos d’une personne marquante de l’histoire.

- Salut Gal, dit-elle en le gratifiant d’un sourire.
Olie était l’amie d’enfance et la voisine de Galdor. Elle avait des cheveux dorés qui descendait en cascade sur ses épaules. Ses yeux attiraient le regard avec leur couleur marron pigmenté de vert et de la détermination qui s’en dégageait qui, même avec sa petite taille, faisait en sorte que personne n’osait la défier. Aujourd’hui, elle s’était habillée d’un jean délavé ainsi qu’un chandail qui rappelait la couleur de la mer et était vêtue de son veston fétiche. Il était tout à fait normal, même très usé, mais il avait une importance pour elle. Son veston était noir, fait en cuir, elle y avait accroché quelques macarons des pays qu’elle voulait visiter.

« Elle est magnifique. »

Il ne pouvait s’empêcher de se le répéter intérieurement tout en l’admirant avec un sourire niais sur le visage. Depuis quelques temps, le seul fait de la voir accélérait le rythme de son cœur sans ne rien pouvoir faire pour l’atténuer.
Et voilà que ce manège recommençait, les battements de son cœur qui se rapprochaient de plus en plus l’un de l’autre, le sang qui lui montait aux joues provoquant ainsi des rougeurs sur celles-ci. Le jeune homme détourna rapidement le regard, sentant l’embarras l’envahir. Il essaya de respirer calmement pour ralentir le rythme infernal qu’avait son cœur, lorsque celle qui lui faisait vivre toutes ces émotions l’interpella.

-Gal ?

Il se retourna et croisa le regard inquiet que lui portait son amie.

-Tu vas bien ? Tu es tout rouge !

Elle se rapprocha de lui, tendant la main pour toucher le visage écarlate de Galdor, lui restait sur place, les yeux qui suivaient le mouvement lent de la main si délicate d’Olie. Sentant que sa poitrine allait exploser si ce moment continuait, il se recula rapidement et dis sur un ton qui se voulait confiant :

-Ce n’est rien, j’ai chaud c’est tout.

Olie parut hésiter avant de redescendre sa main vers elle et de sourire à Gal.
Il ne put s’empêcher de renvoyer un sourire tout aussi chaleureux à la jeune fille. Elle avait le don de le mettre dans tous ses états, mais elle était tout autant capable de le calmer.

-Alors dépêchons-nous de nous rendre chez toi ! S’exclama-t-elle, agrandissant son sourire qui lui donna un visage enfantin.

-Oui, tu as raison, allons-y, répondit-il, lui prenant la main et courant vers sa voiture.

Galdor fut surpris de son audace et Olie aussi d’ailleurs, mais il aimait tellement le contact de sa main dans la sienne. Elle était si douce, si chaude et elle lui donnait des frissons tous aussi plaisant les uns que les autres. Le moment de se séparer arriva bien vite, trop vite au goût du jeune homme qui voulait prolonger ce moment. Tous les deux entrèrent dans la voiture rouge et ils partirent en direction de la maison de Galdor.

Pendant le chemin, la passagère regardait, incrédule, son ami d’enfance qui était à ses côtés. Lorsqu’il lui avait pris la main, elle était restée surprise, il n’avait pas l’habitude de le faire. Olie avait voulu lui dire de la relâcher et de ralentir sa course, mais la volonté lui avait manquée. Elle aurait voulu garder sa petite main délicate dans celle, rude et réconfortante, de Galdor.

Ils arrivèrent à leurs maisons et allèrent dans celle du garçon. Entrés, ils enlevèrent leurs souliers et avancèrent tranquillement dans le hall.

-Maman ! Je suis rentré ! Olie est là aussi et va souper avec nous ce soir ! Cria-t-il pour se faire entendre.
Les parents de Galdor avait l’habitude d’accueillir Olie pour un repas et vice-versa. Les deux jeunes montèrent à l’étage pour aller dans la chambre de Gal.

Sa chambre était de couleur grise, il y avait un lit simple, une table de chevet, un bureau ainsi qu’une commode qui ne servait apparemment pas à grand-chose vu les vêtements qui jonchaient le sol. Quelques verres trainaient ici et là tandis que plusieurs livres étaient dispersés à travers la pièce.

-Désolé pour le bordel, j’ai pas eu le temps de ranger, s’excusa-t-il, gêner de la situation.

-Ce n’est pas grave, j’ai l’habitude, répondit-elle, un sourire taquin sur les lèvres.

Il prit un air boudeur devant la réponse et alla s’asseoir sur son lit.


Donc, la scène ou Gal est face à Olie est assez intense je vous l'accorde, je crois que j'ai trop exagéré les émotions, dites-moi ce que vous en pensez ! Sinon, la question par rapport à la suite(Spoil de la suite de l'histoire) : Gal va se faire kidnapper, mais je me demandais s'il serait mieux qu'il se fasse kidnapper le soir même ou plus tard, le temps de voir sa vie avant, car s'il se fait kidnapper le soir même, on verrait sa vie d'avant avec la perception d'Olie, ce qui ne sera plus vraiment sa vie. Je ne sais pas si vous comprenez, mais en gros je veux savoir s'il est mieux que l'on connaisse plus sa vie avant l'élément déclencheur ou pas ?

~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~

" I dont know where I am going, but I am on my way. " Voltaire


‎''Life is like a trip. During this trip you will smile, you will cry, you will suffer, you will meet people : sad people, and good people. Some of them will die, but you can't help it. So just turn around and continue to live for the ones who have lost themselves and the ones who fell.'' Pandora Hearts
Revenir en haut Aller en bas
 
''Galdor, l'étoile de l'espoir''
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Galdor, l'étoile de l'espoir : les commentaires"
» l'etoile de l'espoir poeme de jcl
» fibre textile, toile de jute, identification. . (test, coloration)
» Toile abstraite matière+acrylique
» La jeune fille et ses colombes (texte de Masirène, toile de Shérazade)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les mots s'envolent, histoires en ligne :: "Les écrits de KiboItami26"-
Sauter vers: